Logo CSSS de Saint-Jérôme
Accueil  >  Se préparer  >  À la fin de vie (choisir son niveau de soins)

À la fin de vie (choisir son niveau de soins)

Programme CHOISIR : un processus de discussion pour la planification des soins en fin de vie

Comme la naissance, la mort est un phénomène naturel auquel personne n’échappe. Pour le respect de l’autonomie et de la dignité du patient et de ses proches, le CISSS des Laurentides, point de service de Saint-Jérôme, offre un programme pour vous accompagner dans cette étape de votre vie.

On veut en discuter avec vous

Le but premier d’un traitement est de tenter de guérir le patient. Malheureusement, la guérison n’est pas toujours obtenue et, après un parcours parfois long, il faut prendre en considération le confort et la dignité humaine du patient en fin de vie. Cette phase nécessite alors des soins attentifs et spécifiques appelés « soins palliatifs ».

À quel moment?

Les soins de fin de vie sont donnés quand la maladie de base ne répond plus au traitement curatif. À ce moment, plusieurs niveaux de soins sont possibles, allant du traitement de certains problèmes de santé jusqu’aux soins de fin de vie.

Les soins de fin de vie visent à soulager la douleur et les autres symptômes d’inconfort, ainsi qu’à offrir du soutien, du réconfort, de l’accompagnement au niveau psychologique, social et spirituel. Ils ne hâtent ni ne retardent le décès. Leur but est d’assurer, de façon satisfaisante, la meilleure qualité de vie possible jusqu’à la fin.

Une décision éclairée

À partir de quel moment la mission de traiter de façon curative doit-elle laisser progressivement la place aux soins palliatifs? Cette décision est importante et mérite d’être discutée.

Voici quelques pistes

  • Diminution des bienfaits des interventions qui visent à prolonger la vie.
  • Augmentation des inconforts liés aux interventions qui visent à prolonger la vie.
  • Détérioration irréversible de la qualité de vie du patient.
  • Risque de séquelles à la suite de complications liées au traitement. 

Il faut garder en tête que 

  • Cesser de traiter ne signifie pas abandonner le patient.
  • Les soins palliatifs contribuent au maintien de la dignité.

L’éthique

L’éthique soutenant les soins de fin de vie encourage le principe du consensus entre l’équipe soignante, le patient et ses proches. Le patient peut aborder différents aspects de la question avec le médecin, l’infirmière, le travailleur social, ou tout autre membre de l’équipe soignante.

Le patient a le droit d’être informé de tout ce qui le concerne pour être en mesure de prendre une décision éclairée quant aux soins qui lui seront prodigués.

Le conjoint ou une personne de confiance peut aussi faire partie de la discussion si le patient le souhaite. Les valeurs fondamentales de la personne traitée doivent être respectées.

Le respect de vos volontés

Les besoins et les souhaits que le patient exprimera ainsi que les choix qu’il fera en toute connaissance de cause seront considérés et notés au dossier médical. En tout temps, une réévaluation de son plan de soins est possible, même souhaitable, suivant l’évolution de son état de santé.

Quoi faire en cas d’inaptitude?

Si le patient est inapte à prendre une décision consciente et éclairée, le testament biologique, le mandat d’inaptitude ou une procuration seront fournis au médecin. La discussion se poursuivra alors avec le représentant légal du patient.

Information complémentaire dans notre site Web

Comité d'éthique clinique

Liens utiles

La planification préalable des soins en fin de vie Ce lien s'ouvre dans une nouvelle fenêtre

Le programme de planification des soins de fin de de vie a été choisi parmi les Bons coups de l'Association québécoise des établissements de santé et de services sociaux (AQESSS)  Ce lien s'ouvre dans une nouvelle fenêtre

Dernière mise à jour le : 05 mai 2015


© Gouvernement du Québec 2017